Une fillette est morte asphyxiée alors qu'elle participait à un défi au "jeu du foulard" sur TikTok.

Ce vendredi plusieurs médias locaux ont rapporté qu'une fillette est morte asphyxiée à Palerme, sur l'île italienne de Sicile, alors qu'elle participait à un défi au "jeu du foulard" sur le réseau social TikTok.


Antonella, 10 ans, qui participait à un "blackout challenge" sur TikTok, dans la salle de bains de la maison familiale, s'était passée une ceinture autour du cou avec l'objectif de rester sans respirer le plus longtemps possible, tout en s'enregistrant avec son portable. C'est sa petite soeur de cinq ans qui a découvert son corps sans connaissance mercredi soir. Transportée immédiatement à l'hôpital des enfants de Palerme par ses parents, elle n'a pas survécu.


Le "jeu du foulard", dans lequel les enfants bloquent leur respiration jusqu'à l'évanouissement pour connaître des sensations fortes, provoque chaque année des accidents, dont certains mortels.


Les parents ont raconté au quotidien La Repubblica que c'est une autre soeur d'Antonella, âgée de neuf ans, qui leur a expliqué ce qui s'était passé.


"Nous n'en savions rien", a expliqué le père de la fillette au journal, "nous ne savions pas qu'elle participait à ce jeu. Je savais qu'Antonella allait sur TikTok pour des chorégraphies, pour voir des vidéos. Mais comment pouvais-je imaginer cette atrocité?"


Les parents ont décidé de faire don des organes d'Antonella pour que "d'autres enfants puissent vivre grâce à elle".


Le parquet de Palerme a ouvert une enquête pour "incitation au suicide". Le téléphone portable de la fillette a été saisi par les enquêteurs, qui devront déterminer si Antonella était en direct avec d'autres participants, si quelqu'un l'avait invitée à participer au défi ou si elle réalisait cette vidéo pour un ami ou une connaissance.


En réaction à cette tragédie, la plateforme lancée en 2016, qui revendique 100 millions d'utilisateurs en Europe, a publié un communiqué: "La sécurité de la communauté TikTok est notre priorité absolue, nous sommes à la disposition des autorités compétentes pour collaborer à leur enquête".


Source: MSN

0 vue0 commentaire

Actualités

A Singapour, l’épidémie de #COVID2019 révèle la précarité des 300 000 travailleurs migrants : la promiscuité dans laquelle ils vivent réunit toutes les conditions d’une propagation maximale du coronavirus.