Trump a réduit la présence militaire américaine en Afghanistan à son plus bas depuis les attentats.

A moins d'une semaine de l'arrivée à la Maison Blanche de Joe Biden, Donald Trump a réduit la présence militaire américaine en Afghanistan à son plus bas depuis les attentats du 11-Septembre.


Le chef du Pentagone, Christopher Miller, a annoncé vendredi que les effectifs militaires des Etats-Unis se montaient désormais à 2.500 hommes en Afghanistan ainsi qu'en Irak.


Donald Trump promet depuis 2016 de mettre un terme aux "guerres sans fin" et M. Biden veut aussi réduire les opérations sur le terrain afghan, la plus longue intervention américaine de son histoire, lancée après les attentats du 11 septembre 2001, fomentés par le groupe jihadiste Al-Qaïda, basé à l'époque en Afghanistan, pays dirigé par les talibans.

Près de 7.000 militaires américains sont morts et plus de 52.000 ont été blessés depuis le lancement des offensives militaires en Afghanistan en 2001 puis en Irak deux ans plus tard.


La présence militaire américaine en Afghanistan a varié au fil des ans depuis 20 ans, atteignant jusqu'à 100.000 hommes en 2010. Ils étaient encore 13.000 il y a un an.


L'Alliance atlantique se réunira en février avec Joe Biden pour décider des suites à donner à sa mission dans ce pays.


Pour Benjamin H. Friedman, du centre de réflexion progressiste Defense Priorities, ce nouveau retrait d'Afghanistan est "une bonne nouvelle".


Les Etats-Unis maintiennent aussi quelque 900 hommes en Syrie, pour lutter contre une résurgence de l'EI dans ce pays.


sl/cjc

14 vues0 commentaire

Actualités

A Singapour, l’épidémie de #COVID2019 révèle la précarité des 300 000 travailleurs migrants : la promiscuité dans laquelle ils vivent réunit toutes les conditions d’une propagation maximale du coronavirus.