PHOTO Maître Gims dévoile une partie de son regard à cause du coronavirus

Le coronavirus a des conséquences inattendues. Connu pour ne jamais ôter ses lunettes de soleil, Maître Gims a montré ses yeux sur une publication où il porte un masque chirurgical.



Saoulé comme jamais Maître Gims ? L’ancienne star de la Sexion d’Assauta réagi à la pandémie mondiale du coronavirus. Et pour le rappeur il ne « manquait plus qu’ça… », comme il l’a écrit en légende d’une photo où on le voit avec un masque chirurgical sur la figure. Le smiley utilisé par le chanteur en dit long sur son état d’esprit, alors qu’il a appelé ses fans à la plus grande prudence : « Bref, protégez-vous et à très bientôt pour de prochaines aventures ». Si de ce côté là, Gims a montré l’exemple à ses abonnés Instagram, ce n’est pas la seule chose qu’il a dévoilée

Si le compagnon de DemDem est connu pour ses airs entraînants, il l’est aussi pour une autre particularité : celle de ne jamais montrer son regard. Toujours cachés derrière des lunettes de soleil, les yeux de Maître Gims affolent les internautes dès qu’ils apparaissent un tant soit peu sur une publication du musicien. En septembre dernier, le rappeur avait fait peur à ses fans en remplaçant ses fidèles lunettes par un filtre effrayant. C’est aussi grâce à des photos de son enfance que les internautes ont déjà pu apercevoir le regard du chanteur.

Face au coronavirus, Maître Gims montre son masque… et ses yeux !

Vendredi 13 mars, Maître Gims avait bien ses lunettes de soleil sur le nez quand il a pris son selfie avec son masque censé le protéger du coronavirus. C’était sans compter sur les rayons du soleil qui, en passant à travers le verre noir, ont offert un aperçu des yeux de l’artiste de 33 ans. Plusieurs abonnés de la star n’ont pas manqué de le faire remarquer dans les commentaires de la publication, parfois en s’adressant directement au chanteur, comme cet internaute qui lui a répondu : « Je vois tes yeux ».


18 vues0 commentaire

Actualités

A Singapour, l’épidémie de #COVID2019 révèle la précarité des 300 000 travailleurs migrants : la promiscuité dans laquelle ils vivent réunit toutes les conditions d’une propagation maximale du coronavirus.