Ron Klain, futur chef de cabinet de Joe Biden

Joe Biden a choisi, mercredi 11 novembre, Ron Klain, un démocrate chevronné, pour être son chef de cabinet à la Maison Blanche.


« Ron a été d’une valeur inestimable pour moi au cours des nombreuses années où nous avons travaillé ensemble », a déclaré M. Biden à propos de celui qui fut son premier chef de cabinet lorsqu’il était vice-président, à partir de 2009.


Agé de 59 ans, cet avocat de formation a déjà été le chef de cabinet de deux vice-présidents : Al Gore, de 1995 à 1999 (sous Bill Clinton), et… Joe Biden, de 2009 à 2011 (sous Barack Obama). Klain et le président-élu se connaissent très bien : leur première collaboration remonte à la fin des années 80, alors que ce dernier était sénateur. «Son expérience, à la fois vaste et variée, et sa capacité à travailler avec des représentants de l’ensemble du spectre politique sont exactement ce dont j’ai besoin au poste de chef de cabinet en cette période de crise où nous devons rassembler notre pays», a commenté Biden.


Donald Trump n’a toujours pas reconnu sa défaite, mais Joe Biden n’en a cure. Le futur président des Etats-Unis poursuit son agenda d’ici son entrée en fonction, prévue le 20 janvier, et commence à dessiner les futurs contours de son administration. Mercredi, il a dévoilé l’identité de son futur chef de cabinet, le fameux «chief of staff», l’un des postes les plus puissants au sein de la Maison Blanche, notamment parce qu’il gère l’agenda du président.


Elizabeth Warren, l’une des principales voix de l’aile gauche du parti démocrate semble tout à fait en accord avec le choix: «Ronald Klain est un excellent choix pour le poste de chef de cabinet. Il comprend l’ampleur des crises économique et sanitaire, et il a l’expérience nécessaire pour les affronter à la tête de cette future administration. Ron a acquis la confiance de l’ensemble du parti démocrate.»


En évoquant «l’expérience» de Klain, Elizabeth Warren fait référence à une précédente pandémie. Durant quelques mois, en 2014 et 2015, il avait été nommé «Monsieur Ebola» de la Maison Blanche, pour coordonner la réponse du gouvernement américain face au virus. Cette nomination est donc aussi une façon pour Joe Biden de continuer à afficher la gestion du Covid-19 et de ses conséquences comme la priorité de son mandat.

0 vue0 commentaire

Actualités

A Singapour, l’épidémie de #COVID2019 révèle la précarité des 300 000 travailleurs migrants : la promiscuité dans laquelle ils vivent réunit toutes les conditions d’une propagation maximale du coronavirus.