Romain Molina annonce la couleur.


Véritable instigateur de l’enquête publiée par le très grand journal britannique « The Guardian » sur le président de la fédération haïtienne de football concernant les abus sexuels sur des mineures dans le milieu du football haïtien, le journaliste d’investigation, Romain Molina, annonce que beaucoup d’autres choses ayant rapport avec ce scandale seront publiées dans les jours à venir.

Le journaliste a une totale confiance dans sa démarche et espère que les coupables seront punis un jour.

Depuis que le journal «The Guardian » a fait mention de la nouvelle, c’est l’émoi total en Haïti. Des médias un peu partout dans le pays ont relayé l’info. Des organisations féminines ont déjà élevé leurs voix pour demander justice et réparation. Quant au président de la fédération, il ne cesse d’arpenter les stations de radio pour essayer de laver son honneur.

Le président Yves Jean-Bart multiplie les interviews dans l’unique but de démonter l’enquête publiée par le journaliste, mais reste à savoir quelle tournure va prendre ce dossier.

D’autre part, le journaliste Romain Molina gagne de plus en plus de l’attention et de la confiance de la part du public haïtien. Nombreux sont les haïtiens qui lui ont déjà demandé d’aller jusqu’au bout avec ce dossier en vue de faire comparaître en justice toutes les personnes impliquées dans ce scandale.

Dans un tweet publié ce dimanche 3 mai 2020 par Romain Molina, on pouvait lire ceci:

« Mon cadeau d’anniversaire, c’est de poursuivre la lutte contre les criminels sexuels de la Fédération haïtienne de football et de savoir qu’un jour, ils payeront (la suite demain dans le Guardian…)

Merci à tous pour votre soutien, de Port-au-Prince à ma tendre Andalousie ».

Cette semaine s’annonce déjà compliquée et peut-être plus compliquée que la précédente pour le Docteur Jean-Bart puisque les preuves que Molina détiendraient entre ses mains sont, paraît-il, plus solides.

Un dossier que l’on suit de près....

Zacharie JEAN MARIE

29 vues0 commentaire

Actualités

A Singapour, l’épidémie de #COVID2019 révèle la précarité des 300 000 travailleurs migrants : la promiscuité dans laquelle ils vivent réunit toutes les conditions d’une propagation maximale du coronavirus.