Rareté de carburant en Haïti pour une énième fois


En pleine crise sanitaire liée à la pandémie de Covid-19, le pays fait face à une crise de carburant pour une énième fois.

Depuis la semaine dernière, les usagers de la route ne savent pas à quel saint se vouer pour trouver de l’essence pour le fonctionnement de leurs véhicules.

Comme en 2019, la rareté de carburants est constatée dans tout le pays. Ceci en dépit de l’assurance du gouvernement, les produits pétroliers se font encore rares à Port-au-Prince durant tout le week-end écoulé.

Des chauffeurs de véhicules du transport en commun et motards rencontrés ce lundi dans la commune de Delmas ont dénoncé l’irresponsabilité de l’équipe gouvernementale qui, selon eux, ne peut même pas honorer ses engagements.

Ces usagers de la route ne mâchent pas leurs mots vis-à-vis des autorités. Ils disent ne pas comprendre comment un pays peut fonctionner ainsi.

Dans une communication, le Secrétaire d’État à la Communication du gouvernement, Eddy Jakson Alexis avait annoncé sur son compte twitter, que plus de 200 mille barils de gazoline et 40 mille barils de kérosène devaient arriver au pays au début de ce week-end. Ces cargaisons devraient satisfaire l’attente des consommateurs pendant un certain temps, a-t-il rassuré.

Cette énième rareté d’essence sur le marché haïtien depuis la gouvernance du président Jovenel Moïse au pouvoir irrite la population. Nombreuses sont les personnes qui critiquent les autorités. La semaine dernière, le Ministre de l’Économie et des Finances, Patrick Boisvert avait annoncé que le gouvernement n’entendait pas ajuster le prix de ses produits jusqu’à la fin de l’exercice fiscal en cours au 30 septembre 2020.

Des gens profitent de cette nouvelle rareté pour s’approvisionner en forte quantité (par cinq ou 10 gallons) afin d’en revendre à des prix exorbitants. Le gallon de gazoline se vend à 400 gourdes dans certains lieux pourtant le prix normal à la pompe est fixé à 224 gourdes. Cette situation ne fait qu’aggraver les choses pour un pays déjà en proie à la pandémie de Covid-19.

Zacharie JEAN MARIE

1 vue0 commentaire

Actualités

A Singapour, l’épidémie de #COVID2019 révèle la précarité des 300 000 travailleurs migrants : la promiscuité dans laquelle ils vivent réunit toutes les conditions d’une propagation maximale du coronavirus.