• Plidetwal Studio

Pour les Haïtiens et les Centraméricains, le TPS a été prolongé pour 9 mois, d’après le (DHS).

Pour les Haïtiens et les Centraméricains, le TPS (statut de protection temporaire), qui devait expirer au début du mois de janvier 2021 a été prolongé pour 9 mois, d’après le Département américain de la Sécurité intérieure (DHS). Washington a accepté de prolonger un ensemble de protections temporaires contre la migration qui permettent aux immigrants de six pays de vivre aux États-Unis, ont déclaré lundi des responsables.


Cette annonce signifie que les quelque 50 000 bénéficiaires haïtiens du TPS, y compris les ressortissants du Soudan ainsi que du Honduras, du Nicaragua et d'El Salvador, peuvent continuer à vivre et travailler légalement aux États-Unis pendant les neuf prochains mois et – pour l'instant – sont épargnés d'être placés en procédure d'expulsion qui aurait pu commencer dès le mois de mars de l’année prochaine après l'expiration de leurs documents le 4 janvier 2021.


Rappelons que le TPS permet à certains étrangers dont le pays d'origine connaît une catastrophe naturelle, un conflit armé ou un autre événement extraordinaire de rester aux ÉtatsUnis et de demander un permis de travail. Le statut doit être renouvelé périodiquement tous les six à 18 mois par le secrétaire de la Sécurité intérieure.

Le TPS a été dans la ligne de mire de l'administration du président républicain Donald Trump ces derniers mois alors qu'elle cherche à réduire les protections humanitaires pour des centaines de milliers d'immigrants qui devaient être expulsés des États-Unis début mars après une période de ralentissement.


L'extension fait partie d'un accord entre l'administration et les plaignants dans le cadre de poursuites connexes visant à ne pas mettre fin aux protections, dont une déposée par la NAACP au nom des détenteurs haïtiens de TPS - le DHS a déclaré que la validité des documents liés au TPS, qui comprend l'autorisation de travail et le permis de conduire, sera automatiquement étendue aux bénéficiaires d'El Salvador, du Honduras, du Nicaragua, d'Haïti, du Soudan et du Népal.

0 vue0 commentaire

Actualités

A Singapour, l’épidémie de #COVID2019 révèle la précarité des 300 000 travailleurs migrants : la promiscuité dans laquelle ils vivent réunit toutes les conditions d’une propagation maximale du coronavirus.