Plusieurs milliers de personnes manifestent ce 21 fév contre la dictature et la hausse du kidnaping


Plusieurs milliers de manifestants ont foulé le macadam ce dimanche 21 février 2021 à Port-au-Prince pour dire NON à la dictature et à l'insécurité généralisée qui sévit dans le pays ces derniers temps, selon ce que rapporte des médias haïtiens. Les protestataires ont profité pour réclamer le départ du président de-facto Jovenel Moïse dont son mandat est arrivé à terme le 7 février dernier.


En effet, plusieurs figures importantes de la société haïtienne ont répondu présent à la manifestation du 21 février dont les artistes Léonard Tout-Puissant A.K.A Izolan, Bricks et Cator, d'après LambiNews. Une mobilasation qui a démarré devant les locaux de la faculté d'Ethnologie. Les manifestants ont parcouru les rues de la Place Sainte-Anne, Marché Salomon, Ambassade de France, pour y passer par Lalue, Nazon et y arriver au Carrefour de l'Aéroport.


En montant sur l'autoroute de Delmas, à Delmas 32, les agents de force de l'ordre ont empeché les manifestants à dépasser la limite Delmas 32. En colère, les protestataires ont tiré de pierres sur les policiers et les agents de la Police Nationale d'Haïti ont réagi en faisant usage de gaz lacrymogènes pour disperser la foule.


Les manifestants ont contraint de prendre l'artère Delmas 32 pour y tomber sur Bourdon, puis descendre sur Champ-de-Mars en passant par Lalue. Au Champ-de-Mars, une vive tension a regné et la situation a dégénéré, conclut l'agence de presse en ligne LambiNews.


Notons que dimanche 14 février dernier plusieurs milliers de personnes ont manifesté à Port-au-Prince contre un retour à la dictature. Ce dimanche 21 février 2021, plusieurs milliers de manifestants ont investi à nouveau les rues de Port-au-Prince contre un retour à la dictature et ont profité pour dénoncer les velléités de nouvelle dictature qu'a, selon eux, le pouvoir en place en Haïti, et l'appui de la communauté internationale au président contesté, Jovenel Moïse.


Jacky Médé Fontaine

SAFE NEWS HAITI

3 vues0 commentaire

Actualités

A Singapour, l’épidémie de #COVID2019 révèle la précarité des 300 000 travailleurs migrants : la promiscuité dans laquelle ils vivent réunit toutes les conditions d’une propagation maximale du coronavirus.