Melania, en froid avec son mari, Donald Trump, passe ses journées au spa

Selon des sources bien informées interrogées par CNN, l'épouse de Trump passerait le plus clair de son temps au spa de leur résidence de Mar-a-Lago (Palm Beach), où le couple s'est retiré peu avant l'investiture de Joe Biden.


"Elle va au spa, dine, retourne au spa, et soupe avec Donald sur le patio", explique un membre de l'entourage de Melania Trump. "Elle profite des nombreux avantages dont elle bénéficie comme les soins des ongles, les massages ou encore les soins du visage. Et elle recommence cela jour après jour."


Selon les différents témoignages, Melania Trump enchaînait toutefois déjà ces activités-là quand elle était encore Première dame et qu'elle passait ses vacances à Mar-a-Lago. "Il n'y a donc pas eu beaucoup de changement entre sa période Première dame et celle-ci."


Vexée d'avoir été accusée de ne rien faire de ses journées, Melania a toutefois lancé fin janvier un nouveau "bureau" chargé de poursuivre son programme "Be Best" qu'elle avait lancé lorsqu'elle était encore à Washington. Pour rappel, "Be Best" s'intéressait à la santé des enfants et au harcèlement qu'ils pouvaient subir en ligne.

Toujours selon son entourage, l'ex-mannequin déplorerait avoir perdu de la popularité au fur et à mesure du mandat de son mari, raison pour laquelle elle serait parfois "froide et amère" avec lui. Mais ce n'est pas tout. Elle serait aussi attristée par la manière dont elle a quitté la Maison-Blanche. Il se murmure en effet qu'elle aurait aimé participer à l'investiture de Joe Biden, mais qu'elle a appris via un tweet de Donald Trump qu'ils renonçaient à la cérémonie...

Même s'il se dit qu'elle aurait aimé rencontrer Jill Biden, Melania ne peut s'empêcher d'être agacée par sa successeure, à qui elle se compare parfois. Melania Trump aurait ainsi remarqué que Jill Biden accordait beaucoup plus d'interviews qu'elle et était beaucoup plus active.

Source: lalibre.be

0 vue0 commentaire

Actualités

A Singapour, l’épidémie de #COVID2019 révèle la précarité des 300 000 travailleurs migrants : la promiscuité dans laquelle ils vivent réunit toutes les conditions d’une propagation maximale du coronavirus.