Maduro renforce son hégémonie en s’emparant du Parlement

La très forte abstention aux législatives au Venezuela a permis au président Nicolas Maduro de prendre le contrôle du parlement unicaméral, consolidant encore son pouvoir et privant le leader de l’opposition Juan Guaido de son piédestal pour mener la contestation.


Président du parlement jusqu’au 5 janvier, date prévue de l’installation de la nouvelle Assemblée nationale, Juan Guaido avait appelé au boycott des législatives dimanche, pour jouer son va-tout sur une consultation populaire appelant à proroger son mandat et organiser des élections « justes et libres ».

Avec un taux de participation de 30,5%, ces législatives ont été les plus boudées de l’ère démocratique vénézuélienne, initiée en 1958.

L’absence dans les urnes des deux-tiers du corps électoral contraste avec les 71% de participation enregistrés lors des législatives de 2015 où l’opposition avait mis un terme à 15 années d’hégémonie chaviste.

Cependant, le président de l’institut de sondage Datanalisis, Luis Vicente Leon, considère que ce fort taux d’abstention est davantage le fait d’une « méfiance à l’égard des politiques » que de l’appel au boycott lancé par l’opposition.

Pour l’analyste politique Rafael Alvarez, il s’agit d’une simple « réédition » des élections présidentielles de mai 2018, où Nicolas Maduro a été élu pour un second mandat malgré 52% d’abstention.

Le taux de participation pour jauger des forces en présence est également l’enjeu de la consultation populaire lancée lundi par Juan Guaido. Horacio Medina, membre du comité d’organisation de la consultation, espère franchir « un plancher de 7 millions » de participants.

Mais quel que soit le chiffre il sera remis en question.



1 vue0 commentaire

Actualités

A Singapour, l’épidémie de #COVID2019 révèle la précarité des 300 000 travailleurs migrants : la promiscuité dans laquelle ils vivent réunit toutes les conditions d’une propagation maximale du coronavirus.