Les États-Unis continuent à expulser vers Haïti malgré la Covid-19


Mardi le vol de de rapatriement de l’« Immigration and Customers Enforcement » (ICE - Air) a atterri comme prévu à l’Aéroport International Toussaint Louverture. Toutefois, sur les 78 haïtiens initialement attendu sur ce vol, seuls 30 étaient à bord dont 16 avaient des antécédents criminels. Les autres ont été expulsés car ils vivaient en situation migratoire irrégulière sur le territoire américain.

Selon Jean Negot Bonheur Delva le Directeur de l’Organisation Nationale de la Migration (ONM) le Gouvernement américain a déclaré que toutes les personnes rapatriées avaient été testées négatives au Covid-19, ajoutant que le groupe serait placé néanmoins en quarantaine et testé à nouveau à la fin pour être placé en isolement si nécessaire.

Soulignons qu’Emmanuel « Toto » Constant, l’ancien chef paramilitaire du Front révolutionnaire armé pour le progrès d’Haïti, devenu par la suite le « Front pour l’avancement et le progrès haïtien» FRAPH, condamné par contumace par la justice haïtienne pour ses nombreux crimes et dont le retour était annoncé pour la deuxième fois, était de nouveau absent.

Eddy Jackson Alexis, le Secrétaire d’État à la communication a expliqué que le Premier Ministre Joseph Jouthe s'était entretenu avec le Département d'État américain pour éviter, pour le moment, la déportation d'Emmanuel Constant, Chef redouté d'un groupe paramilitaire après le renversement du Président Jean-Bertrand Aristide en 1991.

Alexis a indiqué que si « Toto » Constant était expulsé des États-Unis vers Haïti il serait arrêté mais qu'il serait également admissible à un deuxième procès. Constant ayant nié les accusations de meurtres et de tortures. Haïti craint que son retour ne déstabilise davantage le pays.

Il s'agit du 4e vol d’expulsion destination d'Haïti depuis la pandémie, et le retour de 276 haïtiens dont certaines ont été testées positives. Des enfants ont même été constatés à bord de ce vol de rapatriement.


0 vue0 commentaire

Actualités

A Singapour, l’épidémie de #COVID2019 révèle la précarité des 300 000 travailleurs migrants : la promiscuité dans laquelle ils vivent réunit toutes les conditions d’une propagation maximale du coronavirus.