Le Président Jovnel Moïse promet de distribuer de l’argent cash et de la nourriture


Le coronavirus continue à victimiser la population mondiale en faisant des contaminés et des morts par milliers. Des mesures drastiques sont prises pour réduire sa vitesse de propagation. La distanciation sociale, le confinement total sont parmi les mesures prises dans certains pays. Des gouvernements de plusieurs pays différents ont, eux aussi, pris des mesures économiques et surtout d’accompagnements à l’égard de leurs populations respectives en cette période de crise sanitaire. C’est le cas du gouvernement haïtien qui a pris toute une série de mesures pour venir en aide aux aux plus vulnérables.

Le chef de l’État haïtien s’est adressé vendredi dernier à la nation et a promis en ce sens que le gouvernement va distribuer des rations alimentaires sèches à un million de familles et de l’argent cash à plus de 1.5 million de familles des plus vulnérables du pays. « Nous avons pu identifier 500 000 familles dans les zones rurales et un million dans les zones urbaines », a indiqué Jovenel Moïse, soulignant que chaque famille compte cinq à six personnes.

Ce transfert d’argent se fera à partir d’un système qui empêchera une famille de recevoir de l’argent deux fois consécutives et des personnes d’en profiter illégalement, à en croire le président. Au moment de cette annonce, le locataire du Palais national n’était pas en mesure de préciser le mécanisme que va utiliser le gouvernement pour donner cet argent aux familles les plus vulnérables ni le montant global de cette aide financière.

En outre, il (le président) dit avoir demandé au gouvernement de commencer la distribution des rations alimentaires sèches à plus d’un million de familles pour, a-t-il ajouté, soulager les souffrances de la population.

Le directeur général du Fonds d’assistance économique et sociale (FAES), chargé de distribuer des rations alimentaires, a fait savoir lundi matin sur Magik 9 que celle-ci a déjà démarré vendredi dernier à Delmas et à Tabarre notamment. « Mais aujourd’hui (NDLR : lundi 30 mars 2020) nous avons des convois en direction de tous les départements », a-t-il fait savoir.

Charles E. Chatelier a mentionné que dans le cadre de cette distribution, des familles vont recevoir un kit alimentaire contenant 10 kilos de riz estimés à environ quatre marmites de riz, deux sachets de spaghetti et deux boîtes de saumon. « Nous allons y ajouter deux sachets de pain », a-t-il précisé.

Le numéro un du FAES a confié que cette distribution a été lancée dans des quartiers défavorisés. Il dit avoir le support de la police nationale dans cette distribution faite porte-à-porte, a-t-il précisé, alors que sur les réseaux sociaux des images montrent que des gens se battent pour avoir accès aux kits lors de la distribution. Nombreux sont les gens qui se demandent si la distribution arrivera vraiment à toucher les familles qui sont de le besoin, dans un pays où la majorité de la population haïtienne vit dans la crasse et dans la misère.

Interrogé sur le coût de ce programme social, le directeur général du FAES a fait savoir qu’il n’est pas encore en mesure d'indiquer des chiffres à ce sujet. Charles E. Chatelier a précisé qu’actuellement le programme est alimenté à crédit par un fournisseur dont il s’est gardé de citer le nom. Cependant, il a précisé qu’il est en train de distribuer pour le moment 100 000 kits alimentaires. Combien d’argent coûte chaque kit ? Là encore M. Chatelier était incapable de répondre à cette question. N’oubliez surtout pas que le gouvernement avait promis la transparence totale malheureusement ce n’est pas encore le cas.

Par ailleurs, dans son adresse à la nation, Jovenel Moïse a annoncé que le gouvernement va subventionner le salaire de 60 000 ouvriers du secteur de la sous-traitance. Le personnel médical qui sera impliqué dans la lutte contre le coronavirus aura droit à des accompagnements sociaux et au niveau de leur salaire aussi, a-t-il promis.

Selon les dernières informations communiquées par les autorités sanitaires, 15 cas de coronavirus sont déjà enregistrés dans quatre départements. Dix dans l’Ouest, trois dans le Sud-Est, un dans l’Artibonite et un dans le Nord-Ouest.

Zacharie JEAN MARIE

18 vues0 commentaire

Actualités

A Singapour, l’épidémie de #COVID2019 révèle la précarité des 300 000 travailleurs migrants : la promiscuité dans laquelle ils vivent réunit toutes les conditions d’une propagation maximale du coronavirus.