Le président de la fédération haïtienne de football accusé de viols sur mineures.


La nouvelle a eu l’effet d’une bombe cette semaine. Dans une enquête publiée jeudi, le journal britannique The Guardian affirme que des jeunes joueuses résidant au centre technique national ont subi des viols ou des agressions sexuelles au cours des cinq dernières années.

Témoignant des pressions subies pour garder le silence, des victimes présumées révèlent dans le quotidien, sous couvert d'anonymat, qu'au moins deux joueuses mineures auraient avorté suite à des viols commis par M. Jean-Bart dans le complexe sportif, situé en périphérie de Port-au-Prince.

L’Office de Protection du Citoyen (OPC) a, dans un communiqué, exigé qu’une enquête soit diligentée afin de faire la lumière sur cette question.

Par ailleurs, le président de la fédération haïtienne de football, Yves Jean Bart , connu sous le nom de Dadou , a rejeté ces accusations . Il dit être victime de calomnies et de machinations. Il a fait savoir dans un communiqué que « ces accusations mensongères sont aussi criminelles que les pratiques d’abus sexuels sur mineurs ». Mr Jean Bart dit avoir déjà contacté la FIFA ainsi que la CONCACAF pour les prévenir de ces accusations.

Une vidéo est en circulation sur les réseaux sociaux montrant une jeune joueuse et le président de la FHF assis côte-à-côte sur un canapé pendant une interview. Yves-Jean Bart garde sa main sur l'épaule de l'adolescente durant les plus de sept minutes de l'entrevue. Des organisation féminines ont déjà élevé leurs voix pour dénoncer les abus sexuels qui auraient été perpétrés contre des mineures mais aussi contre d’autres femmes. "Ce combat ne concernera pas seulement Dadou Jean-Bart. Ce sera un combat avec les médias, la police, la justice," a réagi la militante Pascale Solages, membre fondatrice de l'organisation féministe haïtienne Nègès Mawon.

"Il faut rappeler que les familles des victimes et la population se font aussi souvent complices, car rester dans le silence, c'est comme rester en sécurité," explique-t-elle.

Le nouvelle a été relayée par plusieurs grands médias à travers le monde. Pour l’heure, personne ne sait si le président de la FHF, à la tête de cette instance depuis 20 ans , va remettre sa démission pour pouvoir mieux se défendre contre ces graves accusations.

Fort de tout cela, l’homme fort du sport-roi d’Haïti reste aux commandes de l’instance suprême du football national jusqu’à nouvel ordre.

Zacharie JEAN MARIE

27 vues0 commentaire

Actualités

A Singapour, l’épidémie de #COVID2019 révèle la précarité des 300 000 travailleurs migrants : la promiscuité dans laquelle ils vivent réunit toutes les conditions d’une propagation maximale du coronavirus.