Le mot d'ordre de grève du 1er et de 2 février 2021 contre le kidnapping respecté en Haïti

Les 1er et 2 février 2021 étaient retenus comme deux (2) journées de grève lancées par le Collectif des syndicats haïtiens pour le respect de la constitution. Objectif : dire non aux actes de kidnapping ! Non à l'insécurité généralisée qui sévit dans le pays ces derniers temps. En effet, les initiateurs se dressent un tableau de satisfaction quant à ces deux (2) journées de grève qu'ils qualifient réussies sur la majorité du territoire national, selon les précisions fournies des dirigeants du secteur syndical dans des médias haïtiens.


Les responsables du Collectif des syndicats haïtiens se disent satisfaits de ces deux (2) journées de grève observées par la population dans son ensemble. Ils ont profité pour féliciter les membres de la population qui ont respecté le mot d'ordre de grève sur tout le pays et ce refus de la population de sortir a envoyé, disent-ils, un message clair au gouvernement en place de prendre ses responsabilités, car le peuple est à bout de souffle face aux actes de kidnappings et d'insécurité qui ne cessent de faire pleurer la famille haïtienne.


En fait, deux (2) journées de grève réussies sur la majorité du territoire du pays marquées par la paralysie des écoles et du transport en commun à Port-au-Prince et dans d'autres villes du pays. Le mot d'ordre de grève a paralysé complètement l'administration publique et les institutions privées dont la majorité ont fermé leurs portes. Les écoles, les universités, les écoles professionnelles ont demeuré toutes fermées sur la majorité du territoire national pendant les journées 1er et 2 février 2021.


Après le mot d'ordre de grève, à quoi encore la population doit s'attendre, avant la date du 7 février 2021 qui coïncide, selon l'opposition politique haïtienne, à la fin du mandat constitutionnel du président Jovenel Moïse ?


Jacky Médé Fontaine

Safe News Haiti

7 vues0 commentaire

Actualités

A Singapour, l’épidémie de #COVID2019 révèle la précarité des 300 000 travailleurs migrants : la promiscuité dans laquelle ils vivent réunit toutes les conditions d’une propagation maximale du coronavirus.