Le ministère de l’éducation nationale a pris des mesures importantes et aussi étonnantes


Le ministre de l’éducation nationale était en conférence de presse hier pour communiquer à la presse et au grand public toutes les mesures prises par le dit ministère ayant rapport avec l’éducation.

Faisant face à l’épidémie Covid-19 qui ne cesse de se propager à travers le monde, les autorités haïtiennes ont dû fermer écoles et universités pour limiter les dégâts. De ce fait, toute une série de décisions importantes mais aussi étonnantes ont été prises par le ministère de l’éducation nationale.

Les écoles et les universités privées vont bénéficier d’un appui de l’Administration Moise-Jouthe pour l’arrêt de travail observé en raison du Covid-19. Le titulaire du ministère de l’Education nationale et de la Formation professionnelle (MENFP) a confirmé l’information, ce mardi 31 mars 2020, lors d’une intervention au Centre d’informations permanentes sur le Coronavirus, situé au ministère de la Communication.

Pierre Josué Agénor CADET précise que plus de 17 000 écoles non publiques et environ 10 000 enseignants travaillant dans les universités privées devraient être touchés dans le cadre de cette initiative gouvernementale visant à alléger les responsabilités de ces agents éducatifs en cette période difficile socio-économique, en raison de la pandémie où la plupart des activités sont à l’arrêt. Les informations sur les effectifs, établis à partir des bases de données, ont été transmises par le MENFP au ministère des Finances qui effectuent les calculs afin de faire les prévisions et les provisions nécessaires, suivant les consignes des plus hautes autorités, a souligné le numéro Un du MENFP. Il s’agira d’un montant forfaitaire d’accompagnement, prévient le ministre CADET. En plus, on tiendra compte du fait si l’enseignant travaille dans les secteurs public et privé de l’éducation car, cela suppose qu’il a un revenu quand même dans le secteur public, malgré la cessation des activités.

Le personnel administratif de ces établissements est également concerné par cette mesure, ajoute le ministre qui souligne, en retour, le devoir des directions d’établissements bénéficiaires de produire un rapport sur les paiements effectués.

Le titulaire du MENFP a profité pour lancer une mise en garde à tous ceux qui commencent à fabriquer de fausses écoles ou qui gonflent les chiffres des enseignants afin de profiter de la situation. Ceux-là seront sanctionnés suivant les Lois de la République, affirme avec force le ministre qui dénonce des individus qui essaient de tromper la vigilance de l’Etat.

Questionné sur la mise en place de la plateforme numérique de ressources pédagogiques et d’apprentissage du MENFP et des limites de cette action, en regard des problèmes d’électricité et de l’internet en Haïti, le ministre CADET souligne que parallèlement des cours seront diffusés à la radio et à la télévision sur les programmes du fondamental et du secondaire de manière à atteindre un plus large public. Une décision qui étonne plus d’un quand on sait qu’un nombre de foyers n’ont pas accès à l’électricité dans ce pays surtout dans les milieux ruraux. D’autres personnes se questionnent sur le nombre d’écoliers qui pourront visionner ces programmes spéciaux à la télévision d’Etat. Cette décision pourrait avantager un groupe d’écoliers sur d’autres. La précarité et le non-développement de certains secteurs de ce pays ne permettent pas de dispenser des cours en ligne comme le font certains autres pays faisant face à l’épidémie.

En attendant que les choses reprennent à la normale, nombreux sont les écoliers (ières) qui resteront en souffrance chez eux sans avoir accès à aucun système pouvant leurs permettre de recevoir à distance le pain de l’instruction.

Zacharie JEAN MARIE

14 vues0 commentaire

Actualités

A Singapour, l’épidémie de #COVID2019 révèle la précarité des 300 000 travailleurs migrants : la promiscuité dans laquelle ils vivent réunit toutes les conditions d’une propagation maximale du coronavirus.