Le leader nord-coréen, Kim Jong-un est bel et bien vivant


Disparu des radars depuis quelques jours, le leader nord-coréen a été sur toutes les pages des médias du monde. Nombreux sont les médias qui ont pensé et même écrit que ce dernier serait mort après avoir subi une opération chirurgicale.

À Pyongyang, c’était le silence radio. Aucune information n’a été communiquée, personne du régime n’avait pipé mot concernant sa disparition.

Les services de renseignement de la Corée du Sud et des Etats-Unis ont pensé que le dictateur nord-coréen aurait pu se réfugier dans sa villa exclusive à Wonsan, sur la côte est de son pays, en raison de la pandémie de coronavirus ravageant des pays d’Asie.

Les théories sur l’endroit où se trouverait Kim Jong-un et sur l’état de sa santé vont de sa mort à son statut de réfugié du coronavirus, bien que le même discours ait été tenu en Corée du Nord depuis le début de l’épidémie : « Nous n’avons pas de patients atteints du coronavirus« , répète souvent Song In Bom, un responsable du Comité d’urgence sanitaire.

Les spéculations sur l’état de santé de Kim Jong-un se sont multipliées depuis son absence remarquée aux célébrations de l’anniversaire de Kim Il-sung, son grand-père, qui ont eu lieu le 15 avril. Par la suite, le Daily NK, média en ligne sud-coréen essentiellement géré par des Nord-Coréens ayant fait défection, a affirmé que le dirigeant nord-coréen avait été opéré en avril pour des problèmes cardio-vasculaires et qu’il était en convalescence dans une villa de la province de Pyongan du Nord.

En revanche, le journal officiel de la Corée du Nord, Rodong Sinmun, a publié ces derniers jours de « prétendues » lettres écrites par le leader, comme celle envoyée lundi au président sud-africain Cyril Ramaphosa, le félicitant à l’occasion de la Journée de la liberté, ou un supposé message de remerciement à un groupe de travailleurs sud-coréens qui construisent une station balnéaire à Wonsan.

Malgré ces informations, le conseiller spécial à la sécurité nationale du Président sud-coréen Moon Jae-in a récemment indiqué que le leader nord-coréen était “était vivant et en bonne santé “. Le 23 avril, le Président américain Donald Trump a également estimé que les nouvelles sur une possible dégradation de l’état de santé de Kim Jong-un étaient «erronées».

Zacharie JEAN MARIE

30 vues0 commentaire

Actualités

A Singapour, l’épidémie de #COVID2019 révèle la précarité des 300 000 travailleurs migrants : la promiscuité dans laquelle ils vivent réunit toutes les conditions d’une propagation maximale du coronavirus.