• Plidetwal Studio

le chef de la Cour suprême ne présidera pas l'impeachment de Donald Trump

Lundi, les élus démocrates ont officiellement transmis l’acte d’accusation contre Donald Trump au Sénat, marquant l’ouverture de son procès en destitution pour « incitation à l’insurrection ».

Après un report négocié, les débats ne démarreront que le 9 février, et ils ne seront pas présidés par le chef de la Cour suprême mais par le démocrate Patrick Leahy, dans son rôle de président pro tempore du Sénat. Ce délai permettra à la défense de Donald Trump de se préparer et aux membres du cabinet de Joe Biden d’être confirmés.


Le chef des managers démocrates, Jamie Raskin, a lu l’acte d’accusation dans l’hémicycle du Sénat, ses mots résonnant avec d’autant plus de force que tous ici, élus de la Chambre et sénateurs, ont été témoins, et victimes, des violences. Raskin, qui avait enterré son fils le 5 janvier, était revenu au Congrès le 6 pour le vote officiel. Sa fille était dans les tribunes alors que les émeutiers prenaient d’assaut le bâtiment.


Le milliardaire républicain est accusé d’avoir incité ses partisans à se lancer à l’assaut du siège du Congrès pendant que les parlementaires certifiaient la victoire du démocrate.


John Roberts, ne présidera pas les débats. Selon la constitution, c’est lui qui doit officier afin d’éviter tout conflit d’intérêts quand un président est encore en place. Mais le mandat de Donald Trump étant terminé, il semble que John Roberts ait préféré éviter la lumière des projecteurs. Lors du premier procès en impeachment, il était resté neutre, avec un rôle purement procédural.


Du coup, c’est le président pro tempore du Sénat, le troisième dans la ligne de succession présidentielle après le vice-président et le Speaker de la Chambre, qui officiera. Ce rôle revient traditionnellement au Sénateur de la majorité le plus ancien, ici Patrick Leahy.


Source: 20minutes.fr

0 vue0 commentaire

Actualités

A Singapour, l’épidémie de #COVID2019 révèle la précarité des 300 000 travailleurs migrants : la promiscuité dans laquelle ils vivent réunit toutes les conditions d’une propagation maximale du coronavirus.