La reprise des activités à l’aéroport dominicain de Punta Cana est pour bientôt


Les responsables de l’aéroport de Punta Cana, situé dans la province dominicaine de la Altagracia, ont annoncé des mesures pour prévenir et contrôler la propagation de la Covid-19 et sont prêts à réactiver les activités au sein de l’aéroport à partir du 1er juillet.

Selon les médias, le vice-président du groupe Punta Cana, Frank Elias Rainieri, a déclaré que le terminal aérien s’est engagé à assurer et à maintenir des opérations actives en toute sécurité et dans le respect des normes et standards locaux et internationaux.

Parmi les principales mesures prises, on peut citer l’installation de caméras thermographiques dans les terminaux d’arrivée, de départ et de transit des passagers ; une station de surveillance avec du personnel qualifié du ministère de la santé et la mise à disposition d’un espace de soins primaires dans le hall d’enregistrement.

Il y aura également une zone d’isolement pour l’inspection initiale, des ambulances équipées, et un protocole pour traiter les cas éventuels dans les zones des avions et des terminaux, en suivant les directives des autorités sanitaires et d’autres organisations locales et internationales.

Il (le vice-président) a en outre expliqué qu’il y aura davantage de points d’enregistrement et que la vérification des passagers se fera par des scanners corporels et des arches de détecteurs de métaux afin de minimiser la vérification manuelle, en plus de l’intensification des mesures de désinfection et d’hygiène dans toutes les zones de l’aéroport et des équipes d’exploitation des passagers par an.

La reprise des activités dans cet aéroport va permettre à un bon nombre de gens de retourner au boulot, et booster un peu l’économie dominicaine qui a subi de plein fouet les assauts de la pandémie. La zone de Punta Cana est une zone réputée pour les activités touristiques. Cette décision permettra aux touristes étrangers de retourner dans le pays .

Zacharie JEAN MARIE

1 vue0 commentaire

Actualités

A Singapour, l’épidémie de #COVID2019 révèle la précarité des 300 000 travailleurs migrants : la promiscuité dans laquelle ils vivent réunit toutes les conditions d’une propagation maximale du coronavirus.