La pandémie du Covid-19 fragilise le tourisme mondial.


Le secteur touristique est l’un des secteurs les plus touchés par la pandémie du Covid-19. Cette pandémie continue sa course en balayant sur sa route plusieurs secteurs clés. Des mesures drastiques ont été prises à travers le monde pour éviter que la pandémie ne fasse plus de ravages.

Ce secteur est l’un des plus importants dans la vie économique d’un pays. Les recettes liées à ce secteur vital permettent à certains pays de voir le bout du tunnel. Plusieurs pays dans le monde enregistrent des pertes énormes à cause de cette crise sanitaire mondiale, qui a fait, un grand impact sur le tourisme mondial. Cette crise sans précédent s’annonce particulièrement difficile à traverser pour certaines entreprises évoluant dans le secteur touristique, malgré les aides promises par certains gouvernements.

Des voyages touristiques prévus de longues dates ont dû être annulés pour enrayer la propagation de la pandémie et limiter ses conséquences pour les personnes et les collectivités.

En ce temps de crise, le tourisme doit assumer ses responsabilités au sein de la société. Le secteur doit faire passer en premier les personnes et leur bien-être.

L’Organisation Mondiale du Tourisme (OMT) invite aussi le secteur et les voyageurs à affronter ce défi en prenant des mesures de bon sens et proportionnées.

Le tourisme est actuellement l’un des secteurs les plus touchés. L’OMT a revu ses prévisions d’arrivées internationales et de recettes pour 2020, tout en tenant à signaler que les prévisions, quelles qu’elles soient, sont susceptibles d’être révisées ultérieurement.

Alors que des restrictions sur les voyages sont en train d’être mises en place, l’OMT souligne l’importance du dialogue et de la coopération internationales, le défi de la COVID-19 étant aussi l’occasion de montrer que la solidarité peut s’exprimer par-delà les frontières.

Zacharie JEAN MARIE


52 vues0 commentaire

Actualités

A Singapour, l’épidémie de #COVID2019 révèle la précarité des 300 000 travailleurs migrants : la promiscuité dans laquelle ils vivent réunit toutes les conditions d’une propagation maximale du coronavirus.