La pandémie de Covid-19 ralentit au niveau mondial, le point dans chaque continent


L’OMS vient de relever une baisse inédite des nouveaux cas recensés dans le monde. Mais cette statistique, hors-sol, recouvre des réalités très différentes selon les continents.



Les chiffres hebdomadaires publiés mercredi par l'OMS attestent d'une baisse du nombre de nouveaux cas dépistés par jour autour du monde. Au cours de la semaine dernière, plus de 1,7 million de cas ont été signalés à l'organisation onusienne, « soit une diminution de 5 % des cas sur une semaine » a fait savoir l'organisation.


Si la baisse est flagrante dans certains pays, ce n'est pas le cas partout. Chez les uns, l'épidémie n'a jamais cessé de se développer. Chez d'autres, elle semble repartir à la hausse.




Une baisse surtout imputable à la situation aux Etats-Unis et au Brésil


Au mois de juillet, les deux géants américains regroupaient à eux seuls près de la moitié du nombre de nouveaux cas dépistés de par le monde (44 %) selon l'université Johns Hopkins.


Les 25 juillet 2020, les Etats-Unis recensaient plus de 78 000 cas en une journée sur leur territoire. Hier, 25 août 2020, on n'en comptait 38 000, soit près de deux fois moins.

Même si elle plus inégale, la tendance semble similaire au Brésil, où l'on recensait 69 000 cas le 29 juillet 2020, 50 000 le 23 août et 17 000 cas hier.


Ailleurs sur le continent, une baisse est aussi notable au Mexique, septième pays le plus touché du monde, et perceptible en Colombie, où les autorités ne parvenaient pas jusque-là à juguler l'épidémie. Et ce, malgré un protocole exigeant, bien que difficile à faire respecter dans un pays en proie à de nombreuses difficultés.


Une situation qui reste préoccupante dans de nombreux pays


Tous les voyants ne sont passés au vert pour autant, notamment aux Amériques. L'Argentine poursuit une hausse discontinue amorcée en avril. Le Pérou, qui semblait amorcer une décrue tout au long du mois du juin, a vu les dépistages flamber tout au long de l'été.


Ailleurs dans le monde, c'est surtout vers l'Inde que se tournent les regards. Aucun signe de décrue pour l'heure, dans le deuxième pays le plus peuplé du monde. L'épidémie a particulièrement touché les Etats du Sud du pays, où sont les agglomérations de Bombay et de Chennai notamment.


Des signes de rebond en Europe


Dans une moindre proportion, le nombre de cas dépistés chaque jour repart à la hausse dans plusieurs pays européens, qui testent de plus en plus.


C'est surtout en Espagne que les signes de circulation du virus sont le plus préoccupants. La France est aussi concernée : la hausse de l'incidence se confirme depuis plusieurs semaines.


Des signes de reprise sont aussi notables en Allemagne et en Italie, déjà durement touchée par l'épidémie au printemps.


Sur l'ensemble du vieux continent, il convient toutefois de noter que le nombre de cas dépistés ne semble pas provoquer un regain des décès. À l'exception de l'Espagne, qui enregistrait mardi 52 nouveaux morts. Une tendance toutefois loin des 950 décès enregistrés dans la péninsule ibérique le 3 mars dernier.


Source: Le Parisien

2 vues0 commentaire

Actualités

A Singapour, l’épidémie de #COVID2019 révèle la précarité des 300 000 travailleurs migrants : la promiscuité dans laquelle ils vivent réunit toutes les conditions d’une propagation maximale du coronavirus.