La fin de mandat de Donald Trump lui coûte une belle somme.

Le 45e président des États-Unis, dont le mandat se termine ce mercredi 20 janvier à 12h00 à Washington avec l’investiture de Joe Biden, ne peut pas espérer un retour à la vie civile des plus paisibles. Alors que la plupart des présidents américains quittent la Maison Blanche avec l’intention de se plonger tranquillement dans une retraite bien méritée. La peinture pour George Bush, les documentaires Netflix pour Barack Obama... Mais Donald Trump, une fois de plus, ne suivra pas l’exemple de ses pairs.


En plus d’être pourchassée par le fantôme de la politique avec une procédure de destitution toujours en cours, l’ancienne star de télé-réalité va avoir bien du mal à rendosser le costume d’homme d’affaires à succès autour duquel il avait construit son image et sa supposée fortune avant de mettre les pieds dans le Bureau ovale.


Tenu par beaucoup comme responsable de l’incroyable attaque du Capitole le 6 janvier 2021, Trump paie non seulement le prix politique de ses actions avec un 2e impeachment et des pontes républicains qui lui tournent le dos, mais semble aussi parti pour voir son portefeuille personnel sérieusement puni avec la perte de partenaires financiers majeurs.


L’un des plus gros coups durs pour Trump est arrivé mardi 12 janvier, quand il a été rendu public par le New York Times que sa banque historique, la Deutsche Bank, le lâchait. L’établissement allemand a décidé de ne plus faire affaire avec le président américain ou avec ses entreprises à l’avenir alors qu’il était resté à ses côtés dans les moments les plus durs.


Dimanche, la Professional Golfers’ Association d’Amérique a décidé de ne pas organiser son championnat 2022 au Trump National à Bedminster, dans le New Jersey.

Le Royal and Ancient Golf Club, l’instance dirigeante du golf mondial, a annoncé que le complexe Trump Turnberry en Écosse, où s’est déjà tenu plusieurs fois le British Open, n’accueillerait pas non plus de sitôt ce tournoi majeur dans le monde du golf.


Et il n’y a pas que les banques et le sport qui ont décidé de tirer un trait sur la marque Donald Trump. Comme si cela ne suffisait pas, New York s’est ajoutée mercredi 13 janvier aux organisations qui ne veulent plus faire affaire avec son entreprise.



Source: www.huffingtonpost.fr

1 vue0 commentaire

Actualités

A Singapour, l’épidémie de #COVID2019 révèle la précarité des 300 000 travailleurs migrants : la promiscuité dans laquelle ils vivent réunit toutes les conditions d’une propagation maximale du coronavirus.