L'opposition se divise sur le choix du Président provisoire.

Dans ce plan de transition adopté par presque tous les partis de l’opposition au président, Jovenel Moise, le CNT est investit du pouvoir de choisir, suivant un large consensus entre tous les secteurs de l’opposition, le prochain président.


S’il est vrai que la plupart des structures de l’opposition restent unanimes sur le choix d’un juge régulièrement nommé à la Cour de Cassation comme président, le mécanisme pour y parvenir laisse cependant planer des doutes et susciter le désaccord.

Mais le plan n’est même pas encore été mis à exécution, que des structures engagées dans la mouvance anti-Moïse s’en écartent: C’est le cas du groupe ''Ensemble des organisations politiques de l’opposition'', ‘’Chimen Delivrans’’, qui pensent que le CNT risque de donner lieu a une vaste campagne de corruption.


Pour sa part, le leader de la plateforme Pitit Dessalines dénonce les manoeuvres des signataires de l’accord sur la transition qui doit mettre en place après le départ de Jovenel Moïse du pouvoir. Lors d’une conférence de presse le mercredi 3 février dernier, Jean-Charles Moïse informe n’avoir pas éte invité à la signature de cet accord entre les différents partis de l’opposition politique.


Source: VBI


1,084 vues0 commentaire

Actualités

A Singapour, l’épidémie de #COVID2019 révèle la précarité des 300 000 travailleurs migrants : la promiscuité dans laquelle ils vivent réunit toutes les conditions d’une propagation maximale du coronavirus.