• Plidetwal Studio

L'Internet mobile à Cuba révolutionne les modes de vie


Depuis son arrivée en décembre 2018, l'Internet mobile a bouleversé la vie de nombre de Cubains, avec un impact sur le commerce, la société civile et la prise de parole dans un pays où beaucoup redoutent encore de dire tout haut ce qu'ils pensent par crainte de sanctions.

Jusque là, l'accès libre à Internet, possible depuis 2015, ne pouvait se faire que grâce à des bornes wifi payantes installées dans des parcs ou des places publiques. Une foule s'y connectait, souvent en fin de journée, partageant une connexion lente et instable.

Une image aujourd'hui disparue : avec la 3G puis la 4G, 4,2 des 11,2 millions d'habitants surfent maintenant depuis leur téléphone.


Dans cette île aux pénuries récurrentes, les groupes WhatsApp et Telegram pour trouver aliments ou essence sont devenus un kit de survie indispensable.


D'autres groupes permettent de vendre ou troquer des produits entre particuliers : Gaby se réjouit d'avoir échangé du gel douche contre du papier toilette et du soda. Leo propose de l'huile, du savon et de la lessive contre des pots pour bébés.

Bouée de secours au quotidien, ces groupes servent aussi à partager des contacts, trouver des médicaments disparus en pharmacie... Auparavant, les Cubains ne pouvaient compter que sur le bouche-à-oreille.


Un mouvement que l'État a accompagné avec la création d'applications pour transférer de l'argent ou payer ses factures, et d'un site de courses en ligne.


Mais si l'Internet mobile facilite la vie quotidienne et libère la parole des Cubains, il mâche aussi le travail de surveillance de l'État, soucieux de contrôler un phénomène susceptible de le dépasser.


"Le gouvernement sait qu'Internet est un outil nécessaire pour le développement (du pays), ce qui est leur objectif, mais il y a des choses qui peuvent leur échapper, c'est pour cela qu'ils mettent des contrôles."

Source:afp


1 vue0 commentaire

Actualités

A Singapour, l’épidémie de #COVID2019 révèle la précarité des 300 000 travailleurs migrants : la promiscuité dans laquelle ils vivent réunit toutes les conditions d’une propagation maximale du coronavirus.