l'Afrique se moque d'une Amérique donneuse de leçons

L'invasion du Capitole par des manifestants pro-Trump mercredi 6 janvier suscite l'ironie à travers l'Afrique, habituée à recevoir les leçons américaines en matière de démocratie.


"Ils doivent bien rire sous cape, les Vladimir Poutine, Xi Jinping, Recep Tayyip Erdogan, Kim Jong-un et autres hommes forts des régimes forts, de cette insurrection trumpiste contre le Capitole, et les démocrates de par le monde, particulièrement en Afrique, être dans leurs petits souliers. Désormais les mauvais perdants aux élections pluralistes ont une icône : Donald Trump", ironise le quotidien burkinabè L'Observateur Paalga.


Au Mali, le secrétaire général d'un groupe armé, Fahad Ag Almahmoud, a solennellement "condamné" sur Twitter la présence de chasseurs traditionnels dans le Capitole envahi.


"Nos cousins les dozos américains ne sont pas restés en marge de ce fait historique", se félicite ironiquement un internaute burkinabè avec une photo de l'individu toqué.


"Ce qui s'est passé au Capitole démontre que les Américains reconnaissent enfin la valeur de l'Afrique et copient ses pratiques post-élection", plaisante un twittos malgache. "J'imagine les titres à la Une de RFI, France 24, CNN (...) si ce scénario était en Afrique ou en RDC", commente Gastonfils Lonzo sur Twitter, estimant que "les donneurs de leçon enverraient déjà des enquêteurs".


Alors que le président sortant américain avait traité, durant son mandat, les pays africains de "pays de merde", une sortie tristement restée dans les mémoires, le dessinateur lâche : "On ressemble souvent à ceux que l'on snobe". A la différence de certains leaders européens qui ont vite condamné la scène historique du Capitole, les chefs d'Etat du continent africain ne se sont pas pressés pour réagir. Seul Emmerson Mnangagwa, président du Zimbabwe, l'a fait sur Twitter, profitant de l'occasion pour demander la levée des sanctions américaines sur son pays : "Les événements d'hier ont montré que les États-Unis n'ont pas le droit moral de punir une autre nation sous prétexte de défendre la démocratie."


Les Etats-Unis maintiennent depuis près de vingt ans des sanctions contre quelque 100 personnes et entités juridiques zimbabwéennes, dont l'actuel président, en réponse à la répression sanglante infligée aux opposants. Dans une déclaration laconique mais non dénuée d'ironie, le porte-parole du président nigérian Muhammadu Buhari, Bashir Ahmad, s'est lui interrogé, toujours sur Twitter : "la beauté de la démocratie ?"


Certains internautes appellent l'Union africaine à réagir, "comme l'ONU réagit" aux troubles dans des pays africains. "Il est temps que l'UA envoie des Casques bleus pour protéger les citoyens américains", pense un internaute rwandais. Dans le quotidien guinéen Le Djely, le journaliste Boubacar Sanso Barry tranche : "On devrait rompre avec tous ces jugements hâtifs et quelque peu racistes" sur l'Afrique.

Source:francetvinfo



2 vues0 commentaire

Actualités

A Singapour, l’épidémie de #COVID2019 révèle la précarité des 300 000 travailleurs migrants : la promiscuité dans laquelle ils vivent réunit toutes les conditions d’une propagation maximale du coronavirus.