• Plidetwal Studio

L'actuel bâtonnier de l’ordre des avocats de Port-au-Prince a été assassiné par balles vendredi

Me Monferrier Dorval, l’un des plus brillants avocats du pays, actuel bâtonnier de l’ordre des avocats de Port-au-Prince a été assassiné par balles vendredi devant sa résidence à Pèlerin par des individus non identifiés. Un meurtre suscitant la consternation dans le pays gangrené par une recrudescence de l'insécurité.

"L'assassinat de Me Dorval attriste toute la République. Un homme de grande culture. Une grande perte pour le pays. J'adresse aux membres de l'Ordre des avocats de Port-au-Prince et à ses proches, mes plus sincères condoléances. Ce crime, comme tant d'autres, ne restera pas impuni" a réagi le président haïtien, Jovenel Moïse, samedi matin sur Twitter après l'annonce de la mort du bâtonnier du barreau de Port-au-Prince, assassiné dans la nuit de vendredi à samedi.

Selon les premières indications de la police nationale haïtienne (PNH), Me Monferrier Dorval a été tué par balle à son arrivée à son domicile, sur les hauteurs de la capitale, aux alentours de la zone où habite le Président de la République. "Il semble qu'il ait été tué alors qu'il allait fermer sa barrière" a déclaré le porte-parole adjoint de la PNH. "Nous ne pouvons pas encore dire combien il y avait d'assaillants ni quels véhicules ils avaient" a-t-il répondu.

La photo du corps de l'avocat ensanglanté, criblé de balles, a rapidement circulé via les réseaux sociaux en Haïti suscitant la colère et l'indignation des citoyens. La recrudescence de l'insécurité et l'impunité sont dénoncées depuis plusieurs mois par différentes organisations de la société civile et de défense des droits humains.

Me Dorval Docteur en Droit diplômé de l’Université d’Aix-Marseille (France) a également été professeur à l’Université d’Etat d’Haïti. Ces derniers temps il a pris position ouvertement en faveur d’une nouvelle constitution avec ou sans le président Jovenel Moise avant même d’organiser des élections dans le pays.

M. Dorval prônait un changement de régime politique avec un président élu en même temps de son vice président ayant les pleins pouvoirs pour former son gouvernement.

'' Le pays n’est ni gouverné, ni administré.”

“Je ne m’appartiens plus. J’appartiens au pays. J’ai fait le sacrifice de ma vie pour servir le pays. J’aime le pays.” Sont ses derniers dans une emission télévisée quelques heures avant sa mort.

69 vues0 commentaire

Actualités

A Singapour, l’épidémie de #COVID2019 révèle la précarité des 300 000 travailleurs migrants : la promiscuité dans laquelle ils vivent réunit toutes les conditions d’une propagation maximale du coronavirus.