HAÏTI -Politiques/Élections -Délégation du département d’Etat – Message à Jovenel Moïse

« Out le 7 février 2021 » ; un gouvernement illégal ne peut organiser des élections sincères, libres et démocratiques


« Un gouvernement illégal ne peut organiser des élections » rapporte l’hebdomadaire haïtien de New York Haïti-Observateur dans son édition du mercredi 18 mars 2020, détaillant la visite d’une délégation du Département d’Etat américain auprès du président Jovenel Moise, la semaine dernière.

Faut-il demander si c’est Joseph

Joute qui a apporté la mauvaise chance à Jovenel Moïse ou bien si c’est plutôt ce dernier qui le piège. Depuis l’entrée du dernier Premier ministre de facto à la primature, les nouvelles en provenance de la communauté internationale n’apportent rien de bon

Pour Nèg Bannann nan.

Une délégation venue de Washington, la semaine dernière, a été on ne peut plus catégorique avec Jovenel Moïse. Il semble que les émissaires aient reçu l’ordre de répéter tous les arguments que véhiculent l’opposition politique, alors qu’il semble que d’autres faits déplaisants n’aient pas été explicités. Au point que certaines sources diplomatiques vont jusqu’à dire que Jovenel Moïse peut même ne pas voir la date butoir indiquée.

En effet, l’un des messages a été transmis au chef d’État haïtien en ces termes : « Arrive le 7 février 2021, élections ou pas, le mandat qui vous autorise à rester au Palais national prend fin. Il s’est entendu dire aussi que c’est l’entente qui a été conclue, sous la présidence de Jocelerme Privert ; et vous l’aviez acceptée«.

Autre chose, le projet annoncé par Jovenel Moïse exprimant sa volonté d’organiser des élections générales, en vue de retourner le pays à l’ordre démocratique, est rejetée catégoriquement. Les émissaires du département d’État ont déclaré au président haïtien qu’ « un gouvernement illégal ne peut organiser des élections sincères, libres et démocratiques ».


(Source Haiti-Observateur)

43 vues0 commentaire

Actualités

A Singapour, l’épidémie de #COVID2019 révèle la précarité des 300 000 travailleurs migrants : la promiscuité dans laquelle ils vivent réunit toutes les conditions d’une propagation maximale du coronavirus.