• Plidetwal Studio

En Haiti, selon la coutume 'Alantran', un homme peut acheter une concubine ou une épouse adolescente

En Haiti, dans le cadre d’une ancienne coutume nommée ''Alantran'', dans la localité de « Démarré » (6e section de Verrettes, Artibonite), un homme peut acheter une concubine ou une épouse adolescente contre une somme versée aux parents selon les négociations et les besoins économiques de la famille…

Il est même possible pour l’acheteur de réserver une fillette de 7 ou 8 ans qu’il viendra récupérer « à maturité » (14 à 16 ans)…


Malgré qu’Haïti dispose de plusieurs lois de protection des mineurs et d’une loi contre la traite de personne (loi du 2 juin 2004), cette dernière demeure encore trop peu connue et encore moins appliquée… Cette loi dans son article 1.1.1 décrit ce qu’est la « Traite de personne » comme étant « le recrutement, le transport, l’hébergement ou l’accueil de personnes, par la menace de recours ou le recours à la force ou à d’autres formes de contrainte, par enlèvement, par la fraude, la tromperie, par abus d’autorité ou d’une situation de vulnérabilité, ou par l’offre ou l’acceptation de paiements ou d’avantages pour obtenir le consentement d’une personne ayant autorité sur une autre à des fins d’exploitation.»


Le Fonds des Nations Unies pour la Population (UNFPA) a rappelé ce Jeudi 21 Janvier 2021 par le biais d'une publication Facebook que Cette pratique néfaste ''fait obstacle à l’épanouissement des filles''.

https://web.facebook.com/UNFPAHaiti/?_rdc=1&_rdr

322 vues0 commentaire

Actualités

A Singapour, l’épidémie de #COVID2019 révèle la précarité des 300 000 travailleurs migrants : la promiscuité dans laquelle ils vivent réunit toutes les conditions d’une propagation maximale du coronavirus.