• Plidetwal Studio

Donald TRUMP, sa vie et son parcour à la tête de la maison blanche


Né dans le Queens, à New York, éduqué dans une école militaire, Donald J. Trump a rejoint l’entreprise familiale après des études de commerce. Grâce a une exemption médicale qui a suscité beaucoup d’interrogations, il a échappé à la guerre du Vietnam.


Contrairement à la légende qu’il s’est construite, il n’a rien du "self-made man". Après la Seconde Guerre mondiale, son père, Fred Trump, descendant d’un immigré allemand, avait déjà bâti un empire à New York en construisant des immeubles pour la classe moyenne dans les quartiers populaires.


Donald Trump a repris les rênes de l’entreprise dans les années 70 avec un solide coup de pouce financier de son père, "un tout petit prêt" d’un million de dollars, dira-t-il durant la campagne de 2016.


S’il a toujours vanté ses succès en affaires, la Trump Organization, société familiale non cotée installée dans la Trump Tower, sur la 5e Avenue, a connu des hauts et des bas.

Et son réseau complexe de propriétés immobilières et de parcours de golf aux Etats-Unis et à l’étranger reste entouré d’un épais mystère : Donald Trump est le seul président de l’ère moderne à avoir refusé de publier ses déclarations d’impôts.


Et lorsque le New York Times a révélé, à l’été 2020, qu’il n’avait payé que 750 dollars d’impôt fédéral sur le revenu en 2016 et que nombre des activités avaient accumulé les pertes, son image d’entrepreneur à succès en a encore pris un coup.


Père de cinq enfants nés de trois femmes différentes, dix fois grand-père, Donald Trump n’a eu de cesse de louer en public Melania, l’ancienne mannequin devenue "magnifique Première dame".

Mais les révélations sur ses liaisons extra-conjugales présumées, en particulier avec l’actrice de films X Stormy Daniels, et les accusations d’agressions sexuelles le visant cadrent mal avec son éloge des valeurs familiales répété mot pour mot à chaque rencontre avec les chrétiens évangéliques.


Fille adorée dotée du titre de "conseillère" à la Maison Blanche, Ivanka fut très écoutée au 1600 Pennsylvania Avenue. "Elle m’appelait et elle disait: 'Papa ! Tu ne comprends pas ! Tu dois faire ça, tu dois le faire !'", racontait-il fin 2018 lors de la signature d’une loi de réforme sur la justice.


En s’appuyant sur un cercle familial resserré, mais aussi sur un "instinct" toujours mis en avant, Donald Trump, dont la chute a été mille fois annoncée, aura survécu à tous les scandales. Comme si, à force d’accumulation, ils n’avaient plus prise sur lui.

En affaires, en campagne et au pouvoir, celui qui fut durant ses années new-yorkaises un grand fan de catch, aura jusqu’au bout, fait preuve d’une étonnante résilience.


A la fois symptôme et démultiplicateur des peurs de son pays, il a su parler à une Amérique qui se sentait "oubliée" mais a systématiquement refusé d’endosser les habits de rassembleur.


Plus que toute autre séquence dans sa présidence, la pandémie de Covid-19 – qui a fait plus de 230 000 morts aux Etats-Unis – a mis en lumière cette posture. Il a ironisé sur le port du masque, y voyant une manifestation du "politiquement correct" qu’il brocarde en toutes occasions

Il a attaqué Anthony Fauci, immunologue le plus respecté du pays, qui a, avant lui, travaillé avec cinq autres présidents américains et qui fut, inlassablement, la voix de la raison scientifique.


Il a minimisé la menace sanitaire en se présentant en "Superman" après avoir lui-même été testé positif, passant à côté de l’occasion qui lui était offerte, après son hospitalisation, de faire enfin preuve d’empathie

La dérive autoritaire ou l’effondrement économique annoncés par certains le 8 novembre 2016, jour de son élection coup de tonnerre, n’ont pas eu lieu.

Les institutions, souvent malmenées, ont démontré leur robustesse et nombre d’indicateurs – chiffres de l’emploi en tête – ont longtemps été au beau fixe avant l’impact ravageur du coronavirus.


Mais dans un mandat saturé de scandales, qui contraste singulièrement avec ceux de Barack Obama, le septuagénaire à la longue cravate rouge a abîmé la fonction, attaqué juges, élus et fonctionnaires, et alimenté les tensions raciales.

Au-delà de ses frontières, il a rudoyé les alliés des Etats-Unis, fait preuve d’une troublante fascination pour les dirigeants autoritaires, de Vladimir Poutine à Kim Jong Un, et donné un brutal coup de frein à la mobilisation sur le climat.


l’infamie d’une mise en accusation dans une procédure de destitution au Congrès qui restera comme une tache indélébile. "Le show c’est 'Trump’ et il se joue partout à guichets fermés. Je m’amuse en le faisant et je continuerai à m’amuser" : phrase extraite d’un entretien que le magnat de l’immobilier avait accordé au magazine Playboy en 1990, pourrait avoir été prononcée hier. Et s’appliquer à chacune de ses journées à la tête la première puissance mondiale.


Doté d’un vrai talent de tribun qui a fait merveille sur les estrades de campagne, le milliardaire à l’intrigante chevelure blonde a réussi la prouesse de se positionner en porte-parole de l’Amérique des "oubliés" et des "pitoyables", selon l’expression méprisante de sa rivale démocrate de 2016 Hillary Clinton.

Démontrant un réel flair politique, il a su capter les angoisses d’une Amérique – majoritairement blanche, plutôt âgée – qui se sentait dédaignée par les "élites" de la côte Est et les stars d’Hollywood sur la côte Ouest


Ce grand consommateur de hamburgers et de Diet Coke, qui s’était fait une solide place dans les foyers américains grâce à l’émission de télé-réalité "The Apprentice", a appliqué sans relâche une règle simple : occuper l’espace, à n’importe quel prix.

Mépris de la science, approximations, contre-vérités : ses déclarations ont contraint l’équipe de "fact-checkers" du Washington Post à créer une nouvelle catégorie : "Le Pinocchio sans fond", pour les affirmations erronées ou trompeuses répétées plus de 20 fois.


Depuis la célèbre "West Wing" de la Maison Blanche, l’ancien homme d’affaires a, en toutes occasions, creusé le fossé entre deux Amériques, la rouge (républicaine) et la bleue (démocrate).


Loin d’en appeler comme Abraham Lincoln en 1861 à "la part de lumière en chacun de nous", il a inlassablement joué sur les peurs. En agitant, dès l’annonce de sa candidature en 2015, le spectre des migrants clandestins "violeurs". Et se posant, durant la campagne de 2020, comme seul garant de "la loi et l’ordre" face à une "gauche radicale" déterminée, à l’en croire, à faire des Etats-Unis "un Venezuela à grande échelles.


Avide téléspectateur de Fox News, il s’est servi de ses violentes attaques contre les médias – qualifiés de "malhonnêtes", "corrompus" et "ennemis du peuple" – pour braquer encore un peu plus une partie du pays contre l’autre.

Fait remarquable : l’ex-propriétaire des concours Miss Univers est le seul président de l’Histoire dont la cote de popularité n’a jamais atteint la barre des 50% au cours de son mandat.


Ses opposants comme ses soutiens sont d’accord sur un point : Donald Trump a, de fait, tenu une partie de ses promesses de campagne.

Comme il l’avait annoncé, il a jeté aux orties nombre de traités ou pactes âprement négociés, au premier rang desquels l’accord de Paris sur le climat, conclu par la quasi-totalité des pays de la planète pour tenter de limiter le redoutable emballement de la machine climatique.

Mais cette fidélité aux engagements de campagne s’est d’abord faite dans la déconstruction et la démolition.


Sur ses initiatives, le bilan est plus maigre. C’est frappant sur le dossier nucléaire iranien : il a déchiré l’accord durement négocié par son prédécesseur, a fait monter la pression sur Téhéran jusqu’à l’élimination du puissant général iranien Qassem Soleimani, mais n’a jamais présenté de véritable stratégie.


Le grand plan de paix au Proche-Orient, confié à Jared Kushner, gendre et conseiller paré de toutes les qualités, n’a jamais abouti.

Il peut cependant revendiquer d’avoir fait bouger les lignes dans la région en parrainant la normalisation des relations entre l’Etat hébreu avec trois pays arabes : les Emirats arabes unis, Bahreïn et le Soudan.


La mort, en octobre 2019, du chef du groupe jihadiste Etat islamique (EI) Abou Bakr al-Baghdadi lors d’une opération américaine en Syrie, restera, à son actif, incontestablement comme un moment fort de sa présidence. Sa plus grande audace, son plus grand coup, pour lequel il s’était pris à rêver à voix haute de Nobel de la paix, n’a pas eu le retour sur investissement escompté.


Les deux sommets avec le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un, les embrassades et la complicité affichée lors d’une visite historique sur la zone démilitarisée, l’"alchimie", les lettres "magnifiques" : l’effort fut vain. Le régime n’a pas bougé sur la question centrale de la dénucléarisation


Dans la géopolitique complexe et mouvante du XXIe siècle, Donald Trump a personnellement pris pour cible Justin Trudeau, Emmanuel Macron, Angela Merkel et Theresa May. La mise en garde la plus cinglante n’est pas venue de ses adversaires politiques mais de Jim Mattis, chef du Pentagone. Dans sa lettre de démission, ce général rappelait, à l’adresse du président des Etats-Unis, une règle simple de la diplomatie : "Traiter les alliés avec respect".

0 vue0 commentaire

Actualités

A Singapour, l’épidémie de #COVID2019 révèle la précarité des 300 000 travailleurs migrants : la promiscuité dans laquelle ils vivent réunit toutes les conditions d’une propagation maximale du coronavirus.