Covid-19: le variant anglais pourrait être associé à une mortalité accrue.

Un nouveau rapport du groupe consultatif sur les menaces de virus respiratoires nouvelles et émergentes (NERVTAG) indique que le variant anglais pourrait être associé à une mortalité accrue. Selon l’Imperial College, la mortalité serait «1,36 fois plus importante chez les vas B1.1.7», soit le variant britannique, tandis que La London School of Hygiene & Tropical Medicine (LSHTM) évoque «+35% de risque relatif de décéder au 28 jour chez les individus infectés» par ce variant.


Ces analyses rejoignent les déclarations, tenues vendredi, par le premier ministre britannique, Boris Johnson. «Il semble également maintenant qu'il existe des preuves que le nouveau variant, le variant qui a été identifié pour la première fois à Londres, et le sud-est (de l'Angleterre), peut être lié à un degré plus élevé de mortalité», a-t-il mis en garde lors d'une conférence de presse depuis Downing Street.


«Pour les hommes âgés d'une soixantaine d'années, le risque de mortalité est de 10 sur 1 000 avec le virus, un chiffre qui atteint 13 à 14 sur 1 000 avec le nouveau variant», rapporte l’AFP, citant une déclaration du conseiller scientifique du gouvernement, Patrick Vallance. Cela correspond ainsi à un surplus de mortalité d'«au moins 30%».


La BBC explique, de son côté, que les scientifiques du NERVTAG, qui conseillent Downing Street, ont comparé la mortalité liées aux différentes souches du virus en Grande Bretagne, mais n'est pas encore visible en analysant les seules données hospitalières du pays. «Je tiens à souligner qu'il y a beaucoup d'incertitude autour de ces chiffres», a déclaré Vallance, soulignant une «inquiétude qu'il y ait eu une augmentation de la mortalité ainsi qu'une augmentation de la transmissibilité».


Source: MSN

2 vues0 commentaire

Actualités

A Singapour, l’épidémie de #COVID2019 révèle la précarité des 300 000 travailleurs migrants : la promiscuité dans laquelle ils vivent réunit toutes les conditions d’une propagation maximale du coronavirus.