Covid-19-Haïti : Une communication qui passe mal


La pandémie covid-19 continue à balayer les peuples à travers le monde. Nombreux sont les cas qui ont été recensés par-ci, par-là. Des contaminés, il en existe par milliers, les morts sont enregistrés chaque jour dans divers pays en proie à la pandémie. Le confinement est, jusqu’à date, le meilleur moyen pour essayer d’endiguer la pandémie.

Aucun vaccin ou des médicaments n’ont été trouvés pour mettre fin à ce calvaire. Des autorités de plusieurs pays différents y compris celles d’Haïti ont pris des mesures d’urgences importantes pour empêcher la propagation du virus. La fermeture des écoles, des universités, interdiction de rassemblement et le confinement total sont parmi les mesures qui ont été prises pour éviter la contamination. En Haïti, c’est tout le contraire qui se fait malgré ces mesures là.

Le transport en commun continue à fonctionner comme à l’accoutumée. Hier lundi, de très nombreux personnes ont été remarquées en file indienne sur une place publique de la capitale en quête de la toute nouvelle carte d’identification nationale. Ces personnes là, ne risquent-elles pas la contamination au Covid-19 ? Que disent les autorités à ce sujet ? Que sont-elles (les autorités) pour empêcher à ce que ces personnes se rassemblent au péril de leur vie pour faire cette carte en cette période de crise sanitaire ?

L’Office National d’Identification, cet organe étatique qui produit et distribue les cartes, n’a-t-il pas un moyen de suspendre provisoirement la production et la distribution de ces nouvelles cartes ? Pourquoi mettre en danger toute une population pour une carte d’identification ? Il serait agréable que les autorités pensent à résoudre certains problèmes légers avant de prendre des grandes décisions qui prêtent à confusion.

Les communications doivent être claires, ne pas prêter à équivoque et être comprises facilement par un nombre aussi grand que possible de gens. L’ignorance peut être plus que fatale dans cette période de crise sanitaire ô combien douloureuse.


Zacharie JEAN MARIE

28 vues0 commentaire

Actualités

A Singapour, l’épidémie de #COVID2019 révèle la précarité des 300 000 travailleurs migrants : la promiscuité dans laquelle ils vivent réunit toutes les conditions d’une propagation maximale du coronavirus.