Coronavirus-Haïti : Le transport en commun, un danger imminent.


Le monde entier fait face à une épidémie qu’est le coronavirus. Nombreux sont les pays qui sont touchés par le virus, et comptent par millier des contaminés et des morts. Certains d’entre eux ont pris des mesures draconiennes pour essayer de freiner la vitesse de propagation de la maladie. La fermeture des écoles, des universités, des usines, l’arrêt total du transport en commun et le confinement sont parmi les mesures prises dans certains pays.

Les premier cas ont été recensés en Haïti, un pays très vulnérable en matière sanitaire mais aussi dépourvu de moyens et de logistiques adéquats pouvant répondre dans de telles circonstances.

Le transport en commun est l’un des facteurs clés de l’économie du pays. Beaucoup de pères de famille gagnent le pain quotidien en faisant cette activité qui, se fait malheureusement dans la majorité des cas, dans de très mauvaises conditions. Les gens sont parfois empilés comme des sardines dans les voitures qui assurent le transport public, ne respectant pas les règles de la circulation en bravant tous les dangers possibles.

Les autorités demandent aux gens d’éviter les foules, les rassemblements de plus de 10 personnes pour réduire les risques de contaminations. Les autorités, ont elles pensé à ces gens-là qui utilisent le transport en commun ? Quelles mesures vont elles prendre pour limiter le nombre de personnes dans ces voitures-là ? Le transport en commun n’est-il pas un meilleur moyen de propagation du virus ? Toutes ces questions méritent des réponses rapides et aussi des attentions particulières.

En Haïti, beaucoup de gens ont tendance à faire fi des lois, à ne pas respecter les mesures d’hygiènes et consignes sanitaires mais en ces temps de crise sanitaire, toute décision prise inutilement et irréfléchie pourrait être fatale. Le mieux serait qu’ils obéissent, s’informent et appliquent toutes les mesures d’hygiènes. Le coronavirus, c’est du sérieux. La moindre négligence peut coûter chère.


Zacharie JEAN MARIE







51 vues0 commentaire

Actualités

A Singapour, l’épidémie de #COVID2019 révèle la précarité des 300 000 travailleurs migrants : la promiscuité dans laquelle ils vivent réunit toutes les conditions d’une propagation maximale du coronavirus.