Coronavirus-HAÏTI : 64 nouveaux ce vendredi, bilan le moins lourd en plus de 3 semaines



Le Ministère de la Santé Publique a communiqué ce vendredi son bilan quotidien. Et les nouvelles sont plutôt optimistes puisqu’avec 64 nouveaux cas recensés , il s’agit du bilan le plus bas pour le pays d’il y a plus de trois semaines.


Jamais depuis cette date, où le pays a comptabilisé 3 décès dans les dernières 24 heures, ce chiffre n'était passé sous la barre des 100 cas. Ce total de cas recensés par le MSPP est moins lourd que celui annoncé jeudi (228). Haïti est l'un des pays des Caraïbes les plus touchés par la pandémie, avec 4980 cas selon les décomptes officiels.


Le chiffre des décès et celui de contamination ont étonné les spécialistes qui avaient même anticipé beaucoup plus de dégâts par la pandémie.

« Nous n’avons pas autant de décès ou autant de cas sévères que ce à quoi nous nous attendions », a déclaré Dr Patrick Dely, directeur du département d’épidémiologie du laboratoire national.


Les autorités haïtiennes reconnaissent que ces statistiques ne sont pas représentatives de la réalité, compte tenu du faible nombre de tests réalisés, mais affirment qu’elles leur permettent néanmoins d’évaluer la progression de l’épidémie à travers le pays.


« Nous avions prévu d’atteindre le pic au cours de la 27e semaine épidémiologique », soit la dernière semaine du mois de juin, « or, sur la base de nos observations, à partir de la 22e semaine, fin mai, nous avons vu une tendance à la baisse du nombre de cas que l’on recense », a indiqué Dr Dely.  


Parmi les 11,2 millions d’habitants, les scientifiques prévoyaient environ 2 000 morts dans le meilleur scénario possible, quand leurs projections les plus pessimistes établissaient un bilan humain au-delà de 20 000 décès.


Par ailleurs, les autorités demandent à la population de rester prudent et de continuer à appliquer les consignes des responsables sanitaires dans le but d’essayer d’endiguer le virus dans le pays.


Zacharie JEAN-MARIE

132 vues0 commentaire

Actualités

A Singapour, l’épidémie de #COVID2019 révèle la précarité des 300 000 travailleurs migrants : la promiscuité dans laquelle ils vivent réunit toutes les conditions d’une propagation maximale du coronavirus.