• Plidetwal Studio

Cap sur la première édition du salon du livre de Mirebalais

L'arrondissement de Mirebalais sera à l'honneur à la fin du mois de Mars 2021 à l'occasion de la première édition du salon du livre. Une activité du livre, avec le livre et pour le livre prévue du 22 au 28 mars 2021. C'est la fondation Anderson Dovilas qui annonce cette activité visant à promouvoir le livre dans la région et rendre l'objet livre plus accessible tout en créant un espace d'échanges et de rencontres entre auteur.e.s, écrivain.e.s et amant.e.s du livre.


En fait, voilà l'objectif de cette activité qui se veut rehausser la littérature haïtienne et qui va être la première édition dans la ville de Benoît Batraville : donner l'envie aux jeunes de vouloir et s'adonner aux choses de l'esprit ; lancer la ville et pourquoi pas le département du centre sur la voie de la littérature et aussi donner beaucoup plus de valeur à la culture.


Le premier salon du livre de Mirebalais s'étendra du 22 au 28 mars prochain avec plusieurs écrivain.e.s qui ont su tailler une place dans l'univers littéraire haïtien. Ils sont près d'une vingtaine qui se donnent déjà rendez-vous pour rendre possible le premier salon du livre de Mirebalais. Citons : Jean Emmanuel Jacquet, Iléus Papillon, Jean Euphèle Milcé, Guy Gérald Ménard, Midaly Auguste, Damx L. François, pour ne citer que ceux-là.


Pour reprendre l'image de la ville de Benoît Batraville et donner une autre direction à la ville, les membres organisateurs de l'événement pensent qu'il est important de développer des initiatives qui peuvent insiter les gens à s'adonner aux choses de l'esprit.


La première édition du salon du livre de Mirebalais va être réalisée en grande pompe du 22 au 28 mars 2021 avec notamment des auteurs qui se distinguent de par leurs œuvres et des invités spéciaux qui y prendront part à cet événement qui annonce les couleurs.


Jacky Médé Fontaine

Safe News Haiti

89 vues0 commentaire

Actualités

A Singapour, l’épidémie de #COVID2019 révèle la précarité des 300 000 travailleurs migrants : la promiscuité dans laquelle ils vivent réunit toutes les conditions d’une propagation maximale du coronavirus.