• Plidetwal Studio

BélO embellit son palmarès musical avec le Grand prix de la "Unsigned Only Music" aux États-Unis

Plus de 7 000 groupes et artistes en provenance de 109 pays concourraient pour le Grand prix de la Unsigned Only Music Competition. Jean Bélony Murat, dit BélO, en est sorti vainqueur.


« J’accueille la nouvelle avec calme », les premiers mots du champion à Loop Haïti ce mercredi après-midi. Il remporte à la fois le Grand prix et le Fandemonium. Le second distingue l’artiste ou le groupe qui a cumulé le plus de votes en ligne.


« J’ai le sentiment que cette nouvelle va faire plaisir à la population haïtienne, surtout en cette période troublante », ajoute-t-il.

Le jury du prix salue un artiste « socialement engagé » qui s’est toujours identifié aux côtés des « moins fortunés ».

 

« Son activisme social est particulièrement important durant ces moments difficiles, il met en lumière les énormes contradictions et inégalités qui gangrènent nos sociétés », peut-on lire sur le site du concours.  


Plus de votes en ligne

Avec EDA, titre figurant sur son dernier album Motivasyon (sorti le 10 juillet 2019), BélO a réuni le plus grand nombre de votes sur Internet. Le chiffre n’a pas été communiqué au grand public.


Quid du concours

Il y a de cela huit ans que ce concours a vu le jour dans l’objectif d’aider les artistes émergents ou chevronnés à trouver un label pour les signer. Le gagnant du grand prix recevra en main propre 20 000 dollars US, mais deux artistes ou groupes seront récompensés dans chaque catégorie.


Nombreux sont les internautes haïtiens et étrangers qui ont voté pour le talentueux artiste. Depuis sa toute première récompense à savoir , le “prix découverte RFI “ en 2006, l’artiste n’a rien lâché avec sa carrière musicale. Il a gagné plusieurs autres récompense grâce à son talent musical. Jean Belony Murat de son vrai nom fait la fierté haïtienne. Chapeau l’artiste.


Safenews Avec Loop Haïti

34 vues0 commentaire

Actualités

A Singapour, l’épidémie de #COVID2019 révèle la précarité des 300 000 travailleurs migrants : la promiscuité dans laquelle ils vivent réunit toutes les conditions d’une propagation maximale du coronavirus.