• Plidetwal Studio

3000 migrants honduriens en direction des États-Unis; le Mexique ne permettra pas l'entrée illegale.

Alors qu'un premier contingent de 300 personnes avait déjà pris la route jeudi, ce vendredi, peu après 4 h locales (9 h, HE) de San Pedro Sula, le gros de la foule a pris la route à 180 km au nord de Tegucigalpa, en direction d’Agua Caliente, frontalière avec le Guatemala.


La situation économique de nombreux habitants du pays d’Amérique centrale, déjà soumis à la violence des gangs et des narcotrafiquants, s’est encore détériorée avec le passage de deux puissants ouragans en novembre et les conséquences de la pandémie de coronavirus.


Les migrants marchent en colonne le long des routes, sac au dos, la plupart le visage couvert d’un masque en raison de la pandémie de COVID-19.


Le Guatemala impose aux migrants pour traverser la frontière de présenter des documents d’identité en règle et un test PCR négatif. Une centaine de Honduriens ont déjà été refoulés jeudi faute de test.

Beaucoup de migrants veulent croire que le président Joe Biden, qui sera investi mercredi, assouplira la politique migratoire des États-Unis, même si Washington les a déjà mis en garde.

De son côté, le gouvernement mexicain a averti qu’il « ne permettra pas l’entrée illégale [sur son territoire] de caravanes de migrants ». Quelque 500 policiers ont été envoyés à la frontière avec le Guatemala.


Source: lapresse.ca

4 vues0 commentaire

Actualités

A Singapour, l’épidémie de #COVID2019 révèle la précarité des 300 000 travailleurs migrants : la promiscuité dans laquelle ils vivent réunit toutes les conditions d’une propagation maximale du coronavirus.