• Plidetwal Studio

États-Unis : les ventes d'armes à feu augmentent massivement en 2020


Effondrement de l'économie, explosion du chômage... aux Etats-Unis, le pays qui compte aujourd'hui le plus de malades du coronavirus, certains ont peur que la situation tourne à la panique. Dans un quartier asiatique de Los Angeles, de plus en plus de gens sont prêts à s'armer en prévision d'émeutes meurtrières, comme il y en eut en 1992. Extrait d'"Envoyé spécial" du 9 avril 2020.


Selon la police fédérale, il s'est vendu en moyenne 2,3 millions d'armes par mois en 2019. Mais en 2020 les ventes s'envolent : près de 4 millions seulement pour le mois de juin, un record historique. Aux États-Unis, des millions d'armes sont en circulation et beaucoup de débutants s'initient au maniement des armes comme dans l'un des centres de tir situé à Raymond (Mississippi) au sud du pays. Une formalité en Californie, où il suffit d'avoir 21 ans, un casier judiciaire vierge, et de remplir un questionnaire.


"5 à 10 millions de nouveaux propriétaires d'armes à feu aux États-Unis"

"J'ai vu qu'il y avait environ 5 à 10 millions de nouveaux propriétaires d'armes à feu aux États-Unis. Il y a une nette augmentation. Ça a d'ailleurs provoqué une pénurie d'armes à feu et de munitions", explique Chad Winkler, le gérant de la Boondock Firearmes Academy. Les apprentis tireurs ont un sentiment d'insécurité. "Dès qu'il y a de l'agitation dans le pays, les ventes d'armes à feu montent en flèche", confie Harriet Hurler, une femme qui apprend le maniement des armes à feu.


Entre temps, Pour faire baisser les tueries de masse, le Colorado (États-Unis) a pris une mesure pour augmenter le contrôle des armes à feu, cette loi, Elle explique que "si un individu possédant une arme est jugé dangereux, la justice peut lui confisquer sur une simple plainte d'un citoyen à la police". Mais dans les parties rurales de cet État aux airs de Far West, la décision passe mal, même auprès des shérifs, fervent défenseurs du deuxième amendement de la constitution, qui garantit le droit de port d'arme. "Cette loi n'est pas légale", avancent-t-ils, ainsi.

10 vues0 commentaire

Actualités

A Singapour, l’épidémie de #COVID2019 révèle la précarité des 300 000 travailleurs migrants : la promiscuité dans laquelle ils vivent réunit toutes les conditions d’une propagation maximale du coronavirus.